Unholy Confessions
Bien le bonjour, ou bonsoir chers sorciers.

Bienvenue sur Unholy Confessions. Ne partez pas si vite. Cela fait longtemps que tu vas de forum en forum à la recherche d'un bon RPG ? Et bien reste car si tu aimes le temps des Maraudeurs, tu es bien parmi nous. Nous ne pouvons pas te dire plus car avec les dangers qui rôdent et qui touchent Poudlard, il serait dangereux de parler avec des oreilles indiscrètes qui nous écoutent.

Nous demandons 10 lignes minimum et nous garantissons une bonne ambiance. Nous avons déjà 68987 messages de postés, ce qui montre l'activité non stop de nos membres sur notre forum. Vous hésitez encore ?

Allez faire un tour chez nos PV ^^

Rejoignez nous <3
Le Staff, Remus Lupin & Sirius Black {Admin's} & Dorian Karlson & Charlotte Kered Ann {Modo's}

Forum disponible déjà depuis 2 ans !!!


Entrez dans l'univers des Maraudeurs et découvrez y une autre facette de la vérité, celle que vous vous créez. Plus de 2 ans ! Bonne ambiance
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Entre rêve et réalité, il n'y a qu'un pas ! [Pv Arthur]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Entre rêve et réalité, il n'y a qu'un pas ! [Pv Arthur]   Jeu 10 Juin - 1:19

Face au ciel qui se colorait doucement d'une lueur rosâtre, droit comme un i, un élève sortit de son lit se tenait immobile. Clarance Santiago, pourtant pas habituer à désobéir au règlement avait quitté son dortoir aux aurores pour fuir son dortoir. Le fuir oui, fuir l'oreiller qui avait reçu ses rêves qui l'avaient éveillé. Bouleversé, il s'était levé, sans prendre la peine d'enfiler des vêtements, seulement en pyjama et robe de chambre, il était parti silencieusement. Oh non, ça ne lui ressemblait pas en temps normal mais ce matin là, quelque chose ne tournait vraiment plus rond dans sa tête. Il n'était pas fait pour les grands conflits, pas fait pour gérer des relations compliqués et pourtant il se retrouvait en plein dedans. Un peu perdu par l'incroyable mélange de sentiments en lui, il ne savait plus très bien qui il était et ou il en était. Il se tenait en haut de la tour d'astronomie après avoir traversé le château pieds nus, les yeux perdus dans le vague. Ce qu'il faisait là ? Il l'ignorait, il était allé là où son subconscient l'avait amené.. Pourtant, il était le dernier à aimer l'astronomie mais il était quand même là, complètement déboussolé par son rêve, qui pourtant n'était pas un cauchemar bien au contraire... Enfin ça aurait été le cas pour une autre personne mais pour lui, c'était .. une trahison. Le jeune homme poussa un soupir et frotta doucement son bras gauche de la main droite pour se réchauffer. Ils avaient beau être en avril, les nuits étaient encore un peu fraîches.

Il baissa la tête et s'approcha du mur contre lequel, il s'appuya doucement. Il était bel et bien réveillé maintenant, et son rêve lui revenait que plus présent, plus intense... Qu'allait-il devoir faire ? En parler à Luke ? Non le jeune homme lui en voudrait. Et puis comme dire à son petit ami, celui qui vous aime que vous avez rêvé d'un autre garçon et que ce rêve dépasse de loin la pudeur qui lui était si coutumière.. Luke ne comprendrait pas plus que lui.. Il avait le cœur battait si vite.. Mais pourquoi rêver d'Arthur DeLune, pourquoi le voir l'embrasser, le serrer dans ses bras, le toucher d'une manière que des mots seraient insuffisants pour le décrire.. Pourquoi le serpentard, il était avec Luke, c'est lui qui aurait du avoir ce rôle mais non.. Clarance frissonna.. Il n'était plus sûr de rien. Il croyait aimer Luke mais ce matin, il en doutait sérieusement.. N'est ce pas plutôt le fruit de son imagination ou tout simplement un égarement suite à cet intérêt qu'il éprouvait pour le serpentard ? Ou alors est ce qu'il s'était voilé la face, s'était caché son attirance pour un garçon qui le haïssait pour ne pas souffrir ? Serait-il vraiment capable d'aller jusqu'à là ? Le musicien ne savait plus, il doutait, croyait, pensait, rejetait mais aucunes réponses ne venaient face à ses interrogations.

Clarance se laissa glisser le long du mur jusqu'à s'assoir sur le sol, il rapprocha ses jambes de sa poitrine et les entoura de ses bras. Il avait froid mais étrangement les sensations physiques étaient bine loin de l'inquiéter. Non il réfléchissait et se repasser les images qui ne l'avaient pas quitté depuis son réveil.. Un nouveau frisson le parcourut mais c'était plus un frisson d'appréhension qu'un frisson de froid. Il posa doucement son front sur ses genoux. Il fallait qu'il oublie ce rêve, qu'il oublie Arthur. Luke lui donnait tellement et lui ? Il était égoïste, distant et bien loin d'être le petit ami parfait... Bien loin de tout n'est ce pas ? Le poufsouffle ferma les yeux. Il fallait qu'il trouve une solution et le serpentard qui le hantait ne l'aider à résoudre ses problèmes. Son visage apparut derrière ses paupières closes. Un sourire s'afficha sur ses lèvres.. Ne comprenait-il donc pas que son coeur le trompait depuis des mois ? Qu'il aimait oui mais pas celui qu'il pensait aimer ? Clarance lâcha un petit gémissement, il entrait dans un monde qu'il ne connaissait pas et qui lui faisait terriblement peur..mais en même temps, il était au fond de lui prêt à s'aventurer plus loin, pour savoir ce qu'il l'attendait et surtout voir si ce rêve était vrai ou s'il était qu'un idiot ..
Revenir en haut Aller en bas
Arthur DeLune
Je vois un Nouvel horizon signe d'un nouvel Espoir
avatar

Féminin
Scorpion ▌Nombre de messages : 1115
▌Age : 28
▌Date d'inscription : 25/02/2009

▌Âge et année : 17 ans,6ème année
▌Baguette magique : 28cm, bois d'ajonc
▌Sort favori : expeliarmus

▌Humeur : perdu dans un tourbillon de sentiments

Feuille de personnage
:

MessageSujet: Re: Entre rêve et réalité, il n'y a qu'un pas ! [Pv Arthur]   Ven 11 Juin - 0:30

Une ombre qui se glisse furtivement entre les arbres. Des pas rapides, une respiration saccadée, un désir violent à en brûler la gorge. Arthur courrait à perdre haleine, elle n'était pas là, il n'était pas là, il était seul. Encore...Un lieu inconnu de tous, seul au monde, poursuivis par la rancoeur et l'amertume qui voulait à nouveau prendre possession de son être. L'amour qui fuyait, cherchant à chaque instant comment quitter ses bras et son coeur. Il se sentait mal, sa poitrine se serrait, son souffle se faisait de plus en plus lourd, son coeur, beaucoup trop grand saignait et perdait le peu d'humanité qu'il avait sut contenir. Il voyait ses belles pensées, ses images et ses idées s'enfuir ne laissant que le noir et l'obscur pour créer un trou béant dans sa poitrine. Puis tout devint noir et il se réveilla en sursaut. Un cauchemar, comme toutes les nuits, comme tout ce qui composait sa vie et son être. Il passa une main sur son front trempé, s'asseyant en tailleur sur son lit. Il ne se rendormirait pas, s'en était finit pour ce soir. Mais quelle heure était-il ? Tôt. Il pouvait percevoir sur son réveil que la matinée n'était plus si loin. Il commença donc à se remettre en arrière, passant ses mains derrière sa tête et allongeant son corps mais quelque chose n'allait pas. Il n'avait fermé les yeux que quelques secondes mais ça ne pouvait fonctionner. Soupirant, il finit par se relever entièrement, sortant de son lit, son torse nu sentant couler son malaise de part en part. Il se dirigea vers la salle de bain et passa un peu d'eau sur son visage. Des cernes, un teint blaffard, il n'était qu'une ombre. Celle de son rêve...Il cherchait pourtant sa soeur et lui...Pourquoi, il n'était sûr de savoir ou de comprendre mais après tout. Il avait bien amorcé un geste vers lui, tendant sa main vers sa oue, le faisant se sentir honteux et faisant fuir l'être qui occupait involontairement et contre son gré ses pensées. Il rêvait de ses bras et il en avait honte, il avait espéré pendant une seconde et c'était une seconde de trop. Il ne devait pas et il avait tout gagné, le jeune homme ne viendrait plus et lu n'oserait plus. Il était stupide, il l'avait insulté, enlacé puis effrayé, il était le meilleur...Incontestablement...

Il sortit de la pièce, laissant une partie de son cauchemar envahir à nouveau sa tête. Il ne faisait que penser à ses horribles choses et il ne savait plus rien faire d'autre. Depuis combien de temps n'avait-il pas repris sa plume et ouvert un livre pour faire son travail ? Un bon moment. Il faisait le strict minimum et ce n'était pas bon, tôt ou tard, cela allait finir par la rattraper et à part s'en vouloir, il n'y aurait rien à faire. Seulement encore et toujours les regrets. Il ne concevait pas qu'on puisse se lamenter ainsi et pourtant son état personnel faisait peine à voir. S'occuper de sa soeur c'était une chose mais se laisser aller de l'autre, ce n'était pas très en accrod avec ses paroles. Il devait se secouer les plumes tant qu'il en était encore temps. Soupirant une nouvelle fois, il se dirigea vers on armoire et enfila un t-shirt et un pantalon. Ca ferait l'affaire et si il faisait froid et bien...Il aurait l'impression d'être vivant. D'ordinaire il évitait les choses moulantes car cela renforçait le fait qu'il était devenu un peut trop maigre à son goût. Encore le torse bien dessiné mais si il continuait, c'était une question de jours pour voir le tout devenir visible et risible. Il prit la direction de la sortie, non sans jeter un regard aux autres serpentard, endormis dans leur lit et si fragiles à ce moment précis. Il n'y attarda pas et fila vers l'extérieur pour gagner la salle commune. Puis, il décida se rendre dans le seul endroit où il se sentait bien...La tour d'astronomie. Celle qui avait portée son fardeau et celui de sa soeur.

Il n'avait que cure de savoir qu'il pouvait à tout moment se faire prendre et risquer la sanction. Il n'aimait pas qu'on lui dicte sa vie surtout qu'il avait été préfet par le passé et que ce rôle lui manquait. Il gagna enfin la tour et escalada rapidement les marches. Il arriva en haut quand son coeur commença doucement à se serrer, d'une manière imperceptible qui annonçait que la personne qui occupait souvent ses pensées ces derniers temps allait bientôt entrer de nouveau dans sa vie. En effet, à peine eut-il passé la porte qu'il le voit, objet de sa convoitise. Que faisait-il là, assis sur le sol contre le mur de pierre ? Il sentit son coeur faire un bond dans sa poitrine et une douce chaleur l'envahir avant de se rappeler que le jeune homme ne serait surement pas content de le voir là après ce qui c'était passé au lac. Comment avait-il put être aussi nul, ça le dépassait. Il continuait pourtant à s'approcher de lui sans même s'en rendre compte avant de se stopper. Devait-il signaler sa présence ou se taire et fuir ? Mai sil n'eut pas le temps d'y penser plus qu'il marcha sur un bout de verre, laisser là par inadvertance et qui se brisa sous son pas. S'en était finit, Clarance savait qu'il n'était pas seul et bientôt, il poserait les yeux sur lui mais avec quel regard ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre rêve et réalité, il n'y a qu'un pas ! [Pv Arthur]   Lun 14 Juin - 17:16

S'abandonnant au simple fait de penser, Clarance se laissa aller. Étrangement, alors qu'il ne se rendait pas compte qu'il acceptait ce rêve, plus qu'il n'y croyait, il s'apaisa juste en songeant à Arthur. Il ne l'avait pas revu depuis quand ? Trop longtemps maintenant qu'il comprenait l'importance que le serpentard avait dans sa vie. Il savait plus ce qu'il était censé faire, ou qui il était en réalité, mais il y avait des signes qui ne trompaient pas et ils étaient nombreux à voir ou reconnaître.. Mais savait-il seulement les voir ? Le poufsouffle assit sur le sol laissa un long soupir. Tout était si compliqué à comprendre, à accepter et à regarder en face, pourtant il ne pouvait pas le nier, DeLune avait sur lui un pouvoir que le jeune homme ignorait surement. Cette fascination qu'il exerçait sur lui, cette attirance, cette envie de tout savoir à son sujet, tout ça, il devait bien y avoir une raison. Et quelque chose au fond de lui, lui murmurait que cette raison rimait avec la chanson que jouait son cœur depuis plusieurs semaines. Trois semaines depuis qu'il s'était enfui , trois semaines qu'il n'arrêtait pas de se repasser la conversation dans son crâne, trois semaines qu'il voulait comprendre pourquoi, dans un instant d'égarement, il aurait voulu prolonger ce moment là et gardait cette main douce sur sa joue. Mais sa conscience lui avait joué des tours, et Luke lui était apparu. Il ne pouvait pas faire ça au jeune homme mais aujourd'hui, à l'aube de ce nouveau jour, il ne pouvait plus se mentir.. Il ne l'aimait pas.. Le septième année allait lui en vouloir non ? Et encore le terme était peu fort pour résumer ce qu'il s'apprêtait à faire.

Clarance sortit de ses rêveries, quand il entendit non loin des bruits de pas. Il n'y avait pas fait attention un peu avant mais s'apercevant qu'il y avait quelque chose d'anormal, il s'était de nouveau intéressé à ce qui l'entourait sortant de sa bulle. Il sentit alors un regard sur lui, doucement, il releva la tête mais bien avant de poser les yeux sur celui qui possédait désormais son cœur et pour toujours, il savait qui était là. Son cœur s'était doucement mis à battre plus vite, et un étrange pressentiment l'avait averti de cette présence. Il posa finalement ses yeux noisettes sur le corps debout devant lui, avant de rougir gêné de se faire surprendre ainsi. Il félicita le ciel pour ne pas avoir donné à Arthur le pouvoir de lire dans ses pensées, il aurait été vite découvert comme ça. Mais maintenant qu'il était là, pensées ou non ? Que devait-il faire, partir comme la dernière fois , l'ignorait ou.. ou faire ce dont il avait envie depuis son réveil, voir depuis plusieurs jours ? Clarance détourna les yeux après avoir rencontrer le regard azuré terne du jeune homme. Il se sentait tellement idiot. Il sortait avec un garçon, en aimait un autre qui ne ressentait surement pas la même chose que lui. Il resta sur le sol, moins sur de ses mouvements à présent. Il posa son regard sur ses pieds nus en resserrant doucement ses bras autour de ses jambes.. Son cœur battait vite dans sa poitrine, il en aurait tremblé il y a quelques mois, mais plus aujourd'hui puisqu'il savait pourquoi son corps réagissait de la sorte... Il déglutit, soudainement, il avait envie de pleurer. Amèrement la vie lui jouait des tours comment allait-il expliquer à ses parents qu'il..qu'il aimait un garçon. Il ne leur avait pas dit pour Luke, alors maintenant c'était encore pire. Il ne se sentait vraiment pas prêt à être celui que son cœur le poussait à être.. Aimer était une chose, l'accepter était une autre, mais le montrer c'était toute une étape qu'il ne voulait pas passer maintenant et encore faudrait-il que.. Non il devait arrêter de délirer, Arthur n'était pas du genre à poser un regard amoureux sur un autre garçon... Il n'y avait qu'à voir le nombre de filles passées dans ses bras. Sa vie devait-elle donc être qu'un amas d'échec ou de destins impossibles ? Il retenait ses larmes d'amertume.. Il l'aimait mais ça sera jamais qu'un amour à sens unique..
Revenir en haut Aller en bas
Arthur DeLune
Je vois un Nouvel horizon signe d'un nouvel Espoir
avatar

Féminin
Scorpion ▌Nombre de messages : 1115
▌Age : 28
▌Date d'inscription : 25/02/2009

▌Âge et année : 17 ans,6ème année
▌Baguette magique : 28cm, bois d'ajonc
▌Sort favori : expeliarmus

▌Humeur : perdu dans un tourbillon de sentiments

Feuille de personnage
:

MessageSujet: Re: Entre rêve et réalité, il n'y a qu'un pas ! [Pv Arthur]   Mar 6 Juil - 0:29

Le destin pouvait-il faire autant de cadeaux que de mauvaises choses ? La vie offrait-elle à ceux qui le voulait du bonheur en échange d'un malheure passé ou à venir ? Tout se paye, c'est bien connu, mais l'amour aussi fait-il partit de cette catégorie ? Si on rencontre l'âme soeur, la personne qui grandira à nos côtés pour toujours et qui fera que chaque pas devienne un moment qu'on a envie de vivre. Donner sa main à quelqu'un et faire que son sentier personnel devienne un petit chemin pour deux voir plus quand de petits chemins créés des deux premiers se rajoutent et grandissent aussi petit à petit. Il était trop tôt pour penser à cela et Arthur ne croyait de toute manière pas en l'avenir. Il ne savait même pas si il en avait un, n'ayant pas vraiment de passé. Avait-il assez payé pour avoir droit à cet amour que sa soeur avait sa copine. Et lui avec un garçon. Pourquoi les jumeaux DeLune ne faisaient rien comme personne dans une société qui ne les comprendrait pas. Il aimait les garçons et se serait mal vu surtout de part son statut, son rang et sa popularité ou manque de popularité justement. C'était pas faute de ne pas être seul, il avait connu deux garçons et un autre lui avait demandé. De plus, le garçon des jaunes et noirs et son...Pas son non...Juste Clarance...Oui, ce garçon là, celui qui était pourtant le contraire de ce qu'il aimait en général. Il était fragile, perdu, solitaire, distrait, peu combattif et pas très charmant pourtant. Mais c'était plus fort que lui, il pensait à lui et ressentait ce qu'il n'aurait pas dût de l'amour. Il n'en savait rien, il n'avait jamais été amoureux vraiment et il s'en rendrait compte alors était-ce cette chose nouvelle qu'il ressentait en lui au moment-même ? Il n'en savait rien mais se refusait à y croire et à le vouloir parce que Clarance ne l'aimait pas et était en couple avec quelqu'un si il avait bien compris le geste de l'autre poufsouffle. Il le détestait ce type et pourtant il ne le connaissait même pas. Mais il le haïssait de toutes ses forces d'avoiur Clarance pour lui. Arthur savait que même sans ça il n'aurait pas sa chance mais d'y penser le rendait trop triste.

Mais maintenant que faire, parce que il pouvait penser que le jeune l'évitait, qu'il n'avait pas envie de le revoir après son geste imbécile mais le fait est qu'ils étaient là tous les deux. Arthur ne put s'empêcher de repenser à leur première rencontre puis à ce moment, coincés dans une salle et lui méchant, qui avait critiqué le jeune homme et s'était moqué de lui. Mais ça, ça, c'était avant, avant de le voir dans un état second, d'être celui qui avait transpercé son coeur comme personne avant lui. Il avait pris son coeur en quelques secondes et ce pour l'éternité il en était certains. Il allait finir par l'oublier mais se serait long, il le savait, il était en train de ressentir quelque chose d'inédit et au fond ça faisait mal d'y renoncer. Bon, il savait que Clarance aimait probablement les garçons, comme lui, mais qu'il ne l'aimait pas lui et c'était juste forcé à le remercier. Il était stupide et sans discernement. A quoi il pensait ? Sérieusement ? Il était idiot, c'était surement la bonne explication et la plus logique de toutes. Il ne pouvait comme si rien n'était vrai, mais ça n'a changeait pas qu'il éprouvait quelque chose de spéciale pour le jeune homme qui était en ce moment même, assis au sol en face de lui. Il avait envie de le serrer dans ses bras parce que le jeune homme était un peu dans le même état qui avait fait tremblé son coeur et de le voir comme ça ne fit que renforcer ce qu'il ressentait. Ce jeune homme aavait le don de s'emparer de son âme si facilement. Il avait beau essayer de ne pas y penser, il pensait à lui quand même. Il le trouvait si beau alors qu'avant il n'y avait pas prêter attention. Il trouvait qu'il avait quelque chose, quelque chose de beau en lui. Il lui semblait que la beauté de son âme se voyait en dehors. La beauté intérieur pouvait s'associer à la beauté extérieur et Clarance en était la preuve. Alors oui, il n'était pas un sex symbol, mais lui il le trouvait tellement bien comme ça. Il se demandait si il devait fuir ou si il pouvait rester. Il pensa à quitter les lieux mais il ne le fit pas. Il vit le regard du garçon passer furtivement sur lui. Mais il avait vite baisser les yeux, que pensait-il ? Serait-il gêné de le voir ici ? Voulait-il qu'il s'en aille ? Arthur n'en avait pas envie mais si le garçon le lui demandait, il partirait. Mais avant, il voulait au moins être poli et en paix avec lui même alors il se contenta de dire

- Bonjour....Clarance...


Oui, c'est tout ce qu'il fut capable de dire mais c'était mieux que rien. Il avait au moins dit quelque chose. Maintenant devait-il attendre une réponse ? S'en aller sans attendre une réponse. Il espérait que le jeune homme lui répondrait, lui parlerait. Mais après ce qui s'était passé dans le parc, le ferait-il ? En aurait-il seulement envie ? Arthur attendit pour savoir, c'était la meilleure chose à faire. Il resta donc devant lui, de toute sa hauteur, en attendant une réponse possible.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre rêve et réalité, il n'y a qu'un pas ! [Pv Arthur]   Mar 6 Juil - 3:00

Le poufsouffle releva alors la tête.. Il était amer mais venait de lui revenir les images de son rêve et son envie de vouloir découvrir si ça pouvait devenir ou être la réalité, il voulait pour la première fois de sa vie se battre avant de baisser les bras ! Il voulait être certain de n'être rien pour Arthur DeLune pour continuer sa vie en tentant de l'oublier. Il voulait le toucher, l'approchait, sentir encore une fois ses bras autour de son corps frêle, sentir son odeur chatouillait ses narines, son souffle tiède sur sa peau.. Il désirait tout ça, qu'avait-il à perdre au pire des cas ? Une relation qui n'aura jamais été favorable ? Pourquoi s'avouer vaincu sans déclarer la guerre.. Non il ne laissera pas ce rêve, restait un rêve ! Arthur parla.. Il prononça son prénom d'une voix si douce, que le cœur du musicien sauta une note pour s'embarquer dans une symphonie vigoureuse..Pourtant, il n'y avait aucune intonation particulière dans sa voix mais ça suffit, de cette simple prononciation à raviver son espoir. Il se mit alors debout en s'appuyant contre le mur, sans le quitter des yeux. Arthur n'avait rien du garçon qui aurait pu lui convenir, mais il l'aimait comme il était. il se moquait de tout, de ses manières désagréables parfois, de son sang pur, de ses amis.. il se moquait de tout, il ne voyait que lui, que lui et cette attirance qu'il exerçait sur lui. Cette envie farouche de le vouloir qui le consumait, le brûler même le poussant à agir. Mais agir pourquoi ? Pour simple assouvir un désir trop fort pour lui, ou juste s'assurer que son rêve, pouvait être réel ? Le musicien, hocha doucement la tête vers le serpentard avant de s'approcher de lui. Poussé par une force qui les dépassait tout les deux, il n'avait plus peur désormais.. Avec Luke, il avait appris à aimer les contacts physiques... Ce soir, il voulait de lui même voir où il pouvait toucher un homme et surtout en avait-il le pouvoir..

Comme dans son rêve, il fit les même gestes, ou presque, d'un pas lent, les yeux rivés sur ceux du jeune homme, le cœur sonna l'heure de la bataille, tel un roulement de tambour. Arrivé près de lui pendant un court instant, il hésita... fait-il bien d'oser franchir la limite ? Faisait-il bien de venir près d'un garçon qui l'avait haï ? Il n'en savait rien mais oubliant sa conscience pour quelques minutes, ignorant l'image de Luke blessé dans son esprit, il leva la main lentement vers le visage du jeune homme, le même geste qu'Arthur avait fait au lac, seulement cette fois les rôles étaient inversés. Clarance apprécia la texture douce de la peau du jeune homme, admira la ligne du visage du serpentard qui se dévoilait sous ses doigts, adora le tressaillement de la peau du jeune homme. Sa seconde paume arriva sur la poitrine du vert et argent.. Fasciné par ce qu'il était en train de faire, Clarance laissa son regard glissait sur le visage du serpentard, notant un à un les détails, comme cette cicatrice presque invisible sur son front.. Il finit par poser ses yeux sur la trajectoire du regard azuré qui immédiatement le captiva. Il y lut une seule chose, qui fit chavirer tout son être entier. Le souffle court, pendant quelques secondes, comme si tout venait de s'arrêter, comme si le monde venait de s'arrêter de tourner, ils se figèrent s'observant. Le musicien pouvait sentir sous sa paume, le cœur d'Arthur battre au même rythme que le sien, il pouvait sentir la force de cette peur qui était la même que la sienne. Doucement, il se mit à sourire, caressant doucement du pouce la joue du serpent.. Comme pour le rassurer.. un geste tendre qui lui laissa une empreinte inoubliable dans ses souvenirs.

Il devait savoir ... savoir quel goût ça avait d'embrasser le garçon qui avait conquis son cœur. Il glissant doucement sa main sur la poitrine du jeune homme, il rompit l'échange de regard pour poser ses yeux noisettes sur les lèvres entrouvertes du vert et argent. Sa gorge s'assécha mais il ignora cette sensation.. Il passa doucement ses doigts dessus, comme pour découvrir leur douceur. Son geste lent et hésitant trahissait son désir d'achever son attente. Depuis des semaines, il le voulait, sans le savoir au début mais ce matin, alors que l'aurore se levait, il savait ce qu'il voulait, ce qu'il ressentait. Le musicien approcha son visage de celui de son compagnon agrippant son vêtement. Leurs lèvres en étaient presque à se toucher, il sentit le souffle rapide d'Arthur se mêler au sien plus court, plus délicat. Il commença par les effleurer. Une aile de papillon n'aurait pas eu meilleur effet.. Puis ne voyant aucuns reculs, il abattit toutes ses hésitations et posa ses lèvres sur leurs jumelles qui n'attendaient que ça. En lui, ce fût une explosion de sensations inouïes auxquelles, il ne s'était pas attendu. Submergé par une vague sensuelle, il s'accrocha au serpentard pour éviter de se noyer dans ce feu d'artifice de sentiments..Il était désormais sûr, il était tombé amoureux d'Arthur DeLune..
Revenir en haut Aller en bas
Arthur DeLune
Je vois un Nouvel horizon signe d'un nouvel Espoir
avatar

Féminin
Scorpion ▌Nombre de messages : 1115
▌Age : 28
▌Date d'inscription : 25/02/2009

▌Âge et année : 17 ans,6ème année
▌Baguette magique : 28cm, bois d'ajonc
▌Sort favori : expeliarmus

▌Humeur : perdu dans un tourbillon de sentiments

Feuille de personnage
:

MessageSujet: Re: Entre rêve et réalité, il n'y a qu'un pas ! [Pv Arthur]   Mar 6 Juil - 3:41

Arthur se demandait vraiment ce qu'il faisait là comme un idiot, se tenant debout devant le garçon qui avait su changer sa vie en si peu de temps. Il n'arrivait pas à croire qu'il avait pu lever les yeux sur ce jeune homme mais les faits étaient là, il ne voyait que lui dans son esprit ces temps-ci. Exit tout ceux qui y étaient entrés car il n'y avait plus de place que pour le jeune Santiago. Pourtant, il n'était pas ce qu'on pourrait appeler le genre qui le faisait craquer mais ce n'était pas e qui le surprenait le plus. Ce qui était le plus bizarre, c'est qu'il ne voulait même plus penser aux autres et que le doux visage d'Alix disparaissait au profit du beau poufsouffle. Il n'avait de cesse que de repenser à leur entrevue quand le garçon, dans un état second, c'était jeté dans les bras comme s'accrochant à une bouée de sauvetage. Mais se fut Clarance qui fut la bouée de Arthur le sortant une bonne fois pour toute de la dernière part de ténèbres en lui. Il ne pouvait se défaire de l'image du jeune homme ce jour là, son regard et ses gestes. Il n'était pas conscient mais Artur l'avait été et ne serait plus jamais le même après cela. Il ne le pourait plus, il ne pourrait pas ne plus y penser. Arthur avait bien essayer de ne plus y penser, de passer du temps avec sa petite-amie mais rien n'y faisait. Il allait devoir la quitter, jouer le jeu devenait trop lourd, il n'y arrivait plus. Il avait donné le change, essayer de faire comme si, mais les faits étaient là. Les filles, il les aimaient mais depuis la soirée au salon des serpentards, les garçons avaient fait leur bonhomme de chemin et il les préférait aux filles c'était un fait.

Mais que Clarance pouvait-il bien penser de lui ? Pensait-il du bien de lui depuis ce jour là ou voyait-il toujours le garçon arrogant qui avait été méchant avec lui et l'avait effrayer. Comme il regrettait son attitude passée, pourquoi avait-il fait ça ? Qu'avait-il gagné à être méchant si ce n'est détruire toutes chances avec le garçon qui lui plaisait. Il avait envie d'essayer d'être lui et par dessus tout, il mourrait d'envie de goûter au péché de ses lèvres. Oui, il les fixait dès qu'il lui parlait et c'était mal, mais il ne pouvait pas s'en empêcher, il en en avait tellement envie et il aurait tout donné pour les goûter rien qu'un instant. Puis, il dut quitter ses pensées quand le jeune homme se releva. Comptait-il fuir ? Comptait-il partir et le laisser ici, refusant toute conversation. Il ne répondait même pas à son salut. Il ne voulait pas lui parler de toute évidence. Il hésita une nouvelle fois à partir mais si quelqu'un devait s'en aller, que le jaune et noir qui hantait son coeur parte le premier. Arhtur attendit mais le garçon ne partit pas. Que faisait-il alors ? Pourquoi ne le regardait-il pas et pourquoi s'était-il relevé ? Arthur sentait que beaucoup de choses se pressaient dans la tête de poufsouffle mais il était à mille lieux de s'imaginer le pourquoi du comment. Il vit alors l'élu de son coeur s'approcher de lui. Arthur sentit son coeur s'accélérer au rythme des pas du jaune et noir. Il se demandait où tout cela allait les mener et dans quel but. Il ne voulait pas croire que...Non...Ca ne se pouvait pas, jamais...Pourtant, Clarance continua d'avancer en douceur jusqu'à se dresser devant lui. Arthur remarqua que le jeune homme hésitait puis il ne vit lever la main. Pour en faire quoi ? Il devait tendre la joue ou au contraire la retirer au risque de la voir devenir rouge et douloureuse. Il ne bougea pourtant pas, complètement envoûter par le jeune homme. Il sentit alors la main de Clarance se poser sur sa joue.

Que se passait-il ? Que faisait-il ? Venait-il vraiment de poser sa main sur sa joue avec ce sourire et ce regard tendre qui aurait put faire exploser le coeur de notre serpentard si celui-ci n'était pas si ébahit par la situation. Il sentit la main passer sur sa joue et en tracer les contours avant qu'une deuxième vienne se placer sur son torse. A quoi jouait Clarance ? Se rendait-il compte de ce qu'il faisait ? Le serpentard voulait croire que oui, qu'il le savait et qu'il ressentait juste la même chose que lui. Il commençait à avoir chaud et le fait que Clarance le regarde avec autant d'envie que lui ne fut pas pour le refroidir. Arthur cru lire dans les yeux du jeune homme le même ressenti que lui, le même...Amour...Puis, il ne réalisa à nouveaux les choses que quand les lèvres du garçon frôlèrent les siennes dans une douce torture. Etait-ce vraiment ce qu'il croyait ? Ce qui lui était impossible encore quelques minutes avant ? Le garçon l'aimait aussi ou jouait-il ? Non...Pas lui...Pas son Clarance...Il sentit alors les lèvres douces et sensuelles de Clarance se poser enfin sur les siennes comme pour sceller leur destin si particulier qui les avait amener là ce matin. Il n'avait pas opposé de résistance, aucune. Il ne se demanda même pas si le jeune homme savait qu'il était gay ou si il y était aller au culot ce qui était surprenant et tellement courageux de la part de Clarance. Peu importait, il continua juste d'embrasser le jeune homme, de le tirer lui pour toujours comme si sa vie, à jamais, en dépendait. Il ne pouvait penser qu'une seule chose en cet instant, qu'il était bel et bien amoureux de Clarance Santiago..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre rêve et réalité, il n'y a qu'un pas ! [Pv Arthur]   Lun 16 Aoû - 0:21

Comment était ce possible de voir ça, une scéne inédite comme celle ci ? Arthur DeLune et Clarance Santiago, deux antagonistes que tout opposent se retrouvant à partager un baiser doit très certainement dépasser ceux de leurs rêves respectifs. Clarance s'accrocha au serpentard comme s'il avait peur de tomber et Arthur le serrant contre lui comme pour le garder avec lui à jamais. Rien ne semblait pouvoir rappeler aux deux jeunes gens, leur histoire présente. Clarance ayant un petit ami, Arthur sortant avec une fille. Leurs lèvres bougeaient au même rythme, leurs souffles se liaient comme deux fils uniques destinés à vivre ensemble. Le musicien pouvait entendre une symphonie de joie, mêlée à celle du plaisir, dans son cœur. Il tambourinait tellement fort, qu'il avait du mal à croire que c'était bien son cœur qui battait ainsi. Mais de sentir les mains d'Arthur autour de lui, de sentir sa bouche contre la sienne le rendait tellement frissonnant. Il frissonnait oui, pris d'un terrible besoin de se sentir proche, très proche du jeune homme. Dans cet échange enflammé, Arthur recula jusqu'à se retrouver contre le mur derrière lui, Clarance le suivit dans cette courte marche, se blottissant contre lui, jusqu'à se retrouver comme ancré . Le poufsouffle n'arrivait pas à réfléchir correctement, il n'arrive qu'à se concentrer sur ses gestes, sa main qui était venu se loger dans le cou du serpentard, ses lèvres jouant avec leurs jumelles, son corps collé à celui d'Arthur. Il savait qu'il n'aurait pas du aller jusque là, mais cette envie de le goûter de savoir, de connaître.. Il n'arrivait plus à s'arrêter ! Il voulait encore et encore prendre et reprendre ce qu'Arthur lui donnait. Comme ce baiser, qu'il rompit quelques secondes pour le gratifier d'un autre baiser plus fougueux.

Gourmand ? Non du tout, juste conscient d'un fait qu'il aurait du accepter bien avant ce jour. Le blaireau arriva tout de même à s'arracher au serpentard, tout en restant contre lui. Il sentit son souffle accéléré caressait la peau tendre du jeune homme. Il se mit doucement à rougir en plantant son regard dans celui bleuté du vert et argent.. Se pouvait-il réellement qu'Arthur ressente la même chose que lui ? Il ne pouvait le croire, encore.. Pas tout de suite en tout cas, pas tant qu'Arthur ne le lui avait pas dit... Il voulait être certain de ne pas se tromper même si tout lui disait qu'il n'était pas le seul à s'être pris les pieds dans les filets de cupidon. Le musicien caressa doucement la joue du serpentard avant de poser sa tête sur son épaule. Il se sentait tellement mieux avec lui. Comme le jour, où Arthur l'avait accueilli dans ses bras alors qu'il était pris d'une crise de folie. Finalement, c'était peut être un avant goût de ce qu'ils partageaient maintenant. Clarance resta là sans bouger un long moment, le temps de retrouver une respiration à peu près normal. De toute manière, il ne voulait pas bouger, même s'il le devrait. Il poussa un petit soupir avant de se décider à se dégager de la barrière de ses bras. Il recula un peu pour le regarder. Il regrettait un peu de ne pas pouvoir lire dans les pensées du jeune homme.


- Je... Désolé de m'être sauvé l'autre jour.. je..j'ai eu peur de tout ça... j'ai toujours peur d'ailleurs..mais.. Je..veux

Qu'est ce qu'il voulait d'ailleurs ? Il était amoureux mais après ? Clarance baissa un peu les yeux avant de les relever de nouveau sur Arthur. A quoi pensait-il ? Il ne disait rien ? Pourquoi ? Clarance commença à se demander s'il était possible qu'il se soit leurrer depuis le début.. Pourquoi ne disait-il rien ? Ce silence commençait à le mettre mal à l'aise.. Il était prêt à tout entendre ce matin mais pas ce silence lourd, ces yeux qui le regardaient, et ce visage qui semblait n'être qu'un immense mélange de sentiments... Clarance n'arrivait à les séparer à comprendre ce qu'il pouvait se passer dans l'esprit du serpentard. Le musicien s'approcha une nouvelle fois de lui pour poser sa main sur sa poitrine. Le cœur du jeune homme battait toujours d'une manière désarçonnée...

- Qu'est ce qu'il y a ?
Revenir en haut Aller en bas
Arthur DeLune
Je vois un Nouvel horizon signe d'un nouvel Espoir
avatar

Féminin
Scorpion ▌Nombre de messages : 1115
▌Age : 28
▌Date d'inscription : 25/02/2009

▌Âge et année : 17 ans,6ème année
▌Baguette magique : 28cm, bois d'ajonc
▌Sort favori : expeliarmus

▌Humeur : perdu dans un tourbillon de sentiments

Feuille de personnage
:

MessageSujet: Re: Entre rêve et réalité, il n'y a qu'un pas ! [Pv Arthur]   Mer 18 Aoû - 13:44

La scène paraissait-elle aussi improbable vu de l'intérieur que de l'extérieur ? N'importe quelle personne censée de cette école aurait surement fait un arrêt cardiaque ou alors aurait au moins fait des yeux gros comme des ronds de flan. C'était assez inédit et improbable bien que cela avait germé déjà depuis plusieurs temps dans la tête de nos deux protagonistes. Arthur Delune et Clarance Santiago, un couple ? Non, on ne pouvait pas encore parlé de ça surtout que les deux avaient normalement des gens dans leur vie. Pourtant, Arthur s'était prit à en rêver et à l'espérer mais de là à ce qu'il avait ressentis oit partagé. Clarance était dans un état second lors de leur étreinte dans cette pièce ce jour si particulier et pourtant se pouvait-il qu'il s'en souvienne ou du moins qu'il se rappelle la sensation et le sentiment que cela leur avait provoqué ? Possible...Arthur ne l'aurait pas cru cependant. Et pourtant, fait indéniable, ils étaient là, s'embrassant comme si leurs vies en dépendaient. Ils auraient aimé que le temps s'arrête pour eux et les laisse à jamais dans cette bulle de bonheur et d'espoir. Ce moment tant attendu mais interdit qui changerait surement leurs vies à jamais, ils étaient désormais liés mais en en avaient-ils seulement conscience ? Surement pas...Accrochés l'un à l'autre sans vouloir rompre ce moment de peur que tout cela ne soit qu'un rêve et qu'il s'efface aussi rapidement qu'il arrivé. Arthur se refusait de laisser cela arriver mais en même temps, c'était tellement fou qu'il peinait à voir la réalité dans tout cela. Il n'y croyait pas non et pourtant, il en avait tellement envie, et pis, cela aurait-il été aussi bien dans ses rêves ? Il en doutait...C'était encore mieux là...

Il se laissa pousser jusqu'au mur où il sentit la pierre froide lui caresser doucement la peau. Les lèvres de son jaune et noir toujours contre les siennes et leurs langues jouant un ballet donc il n'avait encore jamais eu connaissance et qui était le plus plaisant de tous ceux qu'il avait jusque là. Il voulait sentir le corps fragile contre le sien et comme une réponse à sa volonté, le corps de son amant vient de blottir contre le sien. Le baiser s'était interrompu mais le surprenant jeune homme en face de lui l'avait ensuite repris de plus belle. Etait-ce vraiment Clarance qui faisait cela où était-il encore dans un état second ? Il avait tellement pensé à ce baiser qu'il réalisa seulement que le jeune Santiago n'aurait jamais fait cela de lui-même. Il ne pouvait y croire et une fois de plus, la vie jouait encore avec ses sentiments et ils se sentit un peu las tout d'un coup. Ce ne fut que la petite phrase qui suivit qui le fit reprendre alors pied dans la réalité une fois le second baiser terminé

- Je... Désolé de m'être sauvé l'autre jour.. je..j'ai eu peur de tout ça... j'ai toujours peur d'ailleurs..mais.. Je..veux

Il était désolé de s'être sauvé ? Non, c'était sa faute, c'était lui qui avait levé sa main pour toucher sa joue, il était stupide c'était sûr et il aurait pensé que le jeune homme lui en tiendrait rigueur mais apparement il avait été tout aussi troublé que lui par ces drôles de sentiments naissants. Il avait peur ? Arthur aussi, ça c'était certain. Il écoutait d'ailleurs sans rien dire, il devait faire une drôle de tête, il ne croyait toujours pas à la situation, c'était tellement...Bizarre...Il voulait ? Il voulait quoi ? Etre avec lui ? Non ça ne pouvait être ça. Il ferma les yeux quelques secondes et dégluttit difficilement, toujours collé au mur l'air pensif. Puis le timide et à la fois téméraire jaune et noir se rapprocha à nouveau de lui et posa sa main sur sa poitrine. Il avait le coeur qui battait à une vitesse folle mais il ne pipait toujours mot et se fut une nouvelle fois le jeune homme en face de lui qui parla

- Qu'est ce qu'il y a ?


Ce qu'il y avait ? C'était si dur à comprendre ? Pourtant non...Il ne comprenait rien, il n'y croyait pas, il avait peur, peur que tout ceci ne soit faux et qu'il faille l'oublier et faire comme si ça n'avait jamais existé. Il reprit le peu de courage qu'il avait et lança sans même oser regarder son compagnon, les yeux baissés

_ Ce qu'il y a... Ce qu'il y a ? Je suis...Euh...En fait je sais pas ce que je suis...Et ça, ça, c'était...J'aurais jamais cru que tu puisses venir vers moi et...M'enbrasser...

Il releva les yeux et plongea son regard dans celui de son partenaire comme pour demander si tout cela était réel et si il avait le droit de croire et d'espérer qu'ils puissent...Qu'ils puissent quoi, ça paraissait tellement improbable à dire. Avoir une histoire à eux...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre rêve et réalité, il n'y a qu'un pas ! [Pv Arthur]   Dim 29 Aoû - 18:50

Qu'est ce qui tourmentait le jeune homme pour qu'il resta si silencieux, si stoïque alors que l'instant d'avant, il répondait à ses avances avec ferveur. Clarance commençait à douter.. Il avait écouter ses envies et son cœur, il ne le faisait que rarement sauf avec sa musique.. Est ce qu'il avait fait quelque de chose de mal ? Quelque chose qu'il n'aurait pas du, est ce que le serpentard lui en voulait de l'avoir pousser jusqu'à ce non retour ? Il aurait pu tout aussi bien le repousser mais il ne l'avait pas fait, alors pourquoi lui donnait l'illusion d'avoir fait un pas de trop une fois de plus ? Et enfin Arthur se décida à répondre à sa question.

_ Ce qu'il y a... Ce qu'il y a ? Je suis...Euh...En fait je sais pas ce que je suis...Et ça, ça, c'était...J'aurais jamais cru que tu puisses venir vers moi et...N'embrasser...

Le souffle du jaune et noir s'arrêta pendant un court instant.. Il recula également laissant retomber sa main, en baissant les yeux.. Ainsi donc, il aurait pas du.. Il n'avait pas chercher à surprendre le jeune homme, juste à suivre pour ses désirs.. Il avait peut être trop rêver.. A croire que tout aurait pu être ce qui n'était pas. Il tourna le dos au serpentard pour s'approcher du muret où il posa ses mains pour les empêcher de trembler.. Il avait mal fait encore..Pas agis comme il le faudrait..pas... Il soupira doucement pour se calmer. Il avait si peur tout à coup.. Peur d'avoir tout gâché, il se retourna doucement pour voir que son serpentard n'avait pas bougé d'un seul pouce.. Le musicien le regarda avec une infinie tendresse, comprenant réellement l'enjeu de ce matin, à l'aube de ce nouveau jour ! Il y jouait l'avenir, son futur, celui qu'il avait rêvé.


- Un homme a dit un jour :Pour réussir dans le monde, retenez bien ces trois maximes : voir, c'est savoir ; vouloir, c'est pouvoir ; oser, c'est avoir. Alfred de Musset.. J'ai..je...je voulais juste connaître rien qu'une fois, ce que c'était de céder à ses envies..

Il inspira doucement en rebaissant les yeux. Il était bête de vouloir justifier ce geste.. Arthur l'avait aimé autant que lui ce baiser, non ces baisers. Il le savait, il l'avait senti dans la réponse du jeune homme.. Il ne pouvait pas jouer comme ça, c'était pas possible.. Le musicien s'approcha à nouveau du jeune homme pour ne se tenir qu'à quelques pas de lui. Il inspira une nouvelle fois pour se donner un peu de courage à dire ce qu'il avait sur le cœur..

- Je.. J'ai envie d'être avec toi... Je sais que jusqu'à présent...j'ai pas eu ce qu'il fallait pour te plaire..mais la dernière fois...j'ai cru..que..que j'avais une chance de te plaire...De...de pouvoir t'embrasser..alors je l'ai fait...

Il jouait gros mais être honnête était la meilleure des solutions à cet instant même. Le jeune homme osa relever son regard noisette sur le serpentard, il voulait au moins marquer dans ses souvenirs les sentiments passés sur le visage d'Arthur.. Il voulait pouvoir voir ce regard changeait au rythme des sentiments du jeune homme, pouvoir y lire sa faute ou bien au mieux sa chance d'être heureux et bien avec celui qu'il aimait.
Revenir en haut Aller en bas
Arthur DeLune
Je vois un Nouvel horizon signe d'un nouvel Espoir
avatar

Féminin
Scorpion ▌Nombre de messages : 1115
▌Age : 28
▌Date d'inscription : 25/02/2009

▌Âge et année : 17 ans,6ème année
▌Baguette magique : 28cm, bois d'ajonc
▌Sort favori : expeliarmus

▌Humeur : perdu dans un tourbillon de sentiments

Feuille de personnage
:

MessageSujet: Re: Entre rêve et réalité, il n'y a qu'un pas ! [Pv Arthur]   Dim 29 Aoû - 21:45

La tête lui tournait, ses jambes souhaitaient se dérober sans demander la permission et son coeur, son petit coeur battait la chamade. Il avait les lèvres gonflées et rougis par le plaisir. Il avait ressentit ce que c'était de se donner entièrement dans un baiser et Merlin sait que c'était bon. Il en avait rêver, malgré lui, contre sa volonté et il n'arrivait pas à croire que c'était aussi facile de le faire en vrai, il n'en était même pas l'instigateur. Il n'avait fait que recevoir, accepter et répondre à ce baiser, rien de plus et c'était pourtant déjà tellement trop. Comme si quelqu'un c'était dit qu'il avait le droit d'être heureux et d'aimer. D'être aimer aussi, indéniablement, et c'était le plus important. Mais il n'en était pas là, là, il était juste bien dans des bras qui n'étaient pas ceux de sa petite-amie, pire, c'était ceux d'un garçon et pas n'importe lequel, ce petit poufoussfle qui n'avait que si peu d'importance il y a peu. Cette étrange journée où il l'avait serrer dans ses bras avait changer la donne et visiblement, pas que pour lui. Il pensait que le garçon ne se souvenait de rien mais c'était probablement une grave erreur. Pourtant, il n'arrivait pas à oublier le mal qu'il lui avait fait en étant odieux avec lui quand ils s'étaient retrouver coincés ensemble dans une salle vide. Puis il avait bredouillé cette phrase inutile et surperflue qui n'allait faire qu'effrayer la personne qui possédait désormais pleinement son coeur. La place était prise et il n'avait aucune envie de la laisser béante, Clarance pouvait la garder aussi longtemps que cela lui plairait. Il était près à n'importe quoi pour ne pas voir le sourire de son beau jaune et noir s'effacer par ses paroles qui n'étaient pas faites pour faire mal. Il était surpris mais pas déçu mais le garçon semblait prendre mal ses paroles et il avait déjà envie de se gifler mentalement. Il était un idiot, stupide...Il vit l'étincelle diminué et le regard de son amour faner. Non, il ne pouvait pas renoncer, il devait s'expliquer, il ne voulait plus jamais le laisser partir et qu'importe le garçon qui occupait déjà la vie de son poufsouffle et la fille qui occupait la sienne. Il occultait tout, il n'y avait que lui et Clarance et personne d'autre, jamais...Puis, il vit de la tendresse revenir dans les yeux du jeune homme alors qu'il lui lançait avec une douceur sans nom

- Un homme a dit un jour :Pour réussir dans le monde, retenez bien ces trois maximes : voir, c'est savoir ; vouloir, c'est pouvoir ; oser, c'est avoir. Alfred de Musset.. J'ai..je...je voulais juste connaître rien qu'une fois, ce que c'était de céder à ses envies..

Tout n'était peut-être pas perdu finalement. Le garçon avait dit des mots profonds mais que voulait-il vraiment entendre par là ? Il avait céder à son envie, il avait voulu savoir, pouvoir et voir. C'était beau mais où cela les menait-ils ? N'était-ce qu'une expérience pour lui, rien de plus. Cette fois ce fut le jeune serpentard qui ressentit de la déception et qui ressentait ce qu'était de ne pas pouvoir avoir ce qu'il voulait alors qu'il l'avait enfin cru accessible et à sa portée. Il avait cru qu'il suffirait ensuite de tendre la main mais le poufsouffle qui avait pris possession de tout son être ne semblait pas l'aimer autant que lui. Il soupira, ne disant rien de plus, il voulait savoir encore, ce que pensait le garçon. Pas que les envies et les actes, les gestes et la pensée aussi. Il restait coller au mur, sans bouger, ça allait devenir une habitude mais il était hypnotiser par le jaune et noir, dominé par ce petit bout de personne qui envahissait tout son corps et s'en appropriait la moindre parcelle. Il ressentit un frisson le parcourir et il ne savait si s'en était un de plaisir ou de peur face à la situation incongrue dans laquelle il se trouvait. Douce torture, qu'enfin elle s'achève. Il vit de nouveau le musicien baisser les yeux alors il baissa aussi les siens, sans rien ajouter de plus. Il allait partir, n'est-ce pas ? Il le voyait bouger. Mais non, au lieu de s'éloigner il s'approcha de nouveau. Que voulait-il ?

- Je.. J'ai envie d'être avec toi... Je sais que jusqu'à présent...j'ai pas eu ce qu'il fallait pour te plaire..mais la dernière fois...j'ai cru..que..que j'avais une chance de te plaire...De...de pouvoir t'embrasser..alors je l'ai fait...

Arthur n'en croyait pas ses yeux ni ce qu'il avait entendu. Avait-il bien compris ? Il n'était pas sourd ? Le jeune homme qu'il aimait avait envie d'être avec lui. C'était mal, très mal d'être ensemble mais il ne pouvait s'empêcher d'en avoir envie. Il aimait un garçon, c'était contre sa famille et son rang mais il n'y pouvait rien, c'était comme ça. Il aurait préférer être abattu en ce moment que de renoncer à capturer une nouvelle fois les lèvres de son aimé. Il ne voulait pas être secouru de cette douce torture, il voulait toucher cet interdit et y goûter pleinement. Bien sûr qu'il avait une chance de lui plaire. Il n'aimait pas les filles même si ça, personne ne le savait. Il n'allait pas le crier sous les toits quand même. Il avait voulu l'embrasser et il l'avait fait, mais Arthur n'allait pas s'en plaindre, bien au contraire. Il avait adoré ça et mourrait d'envie de continuer. Pourtant, rien ne voulait sortir à part

- Je suis gay...

Si il avait put se gifler en ce moment-même il l'aurait fait volontier. Non mais quel naze, c'était tout ce qu'il avait à dire ? Je suis gay ? Mais c'était d'une bêtise affligeante, il craignait...Il espérait que le garçon ne se moque pas de lui et comprenne que ça voulait dire en langage Arthurien " tu me plais " mais ça, c'était pas gagné...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre rêve et réalité, il n'y a qu'un pas ! [Pv Arthur]   Dim 29 Aoû - 23:01

Un regard qui n'exprima rien d'autre que des réflexions. A quoi pouvait penser Arthur, l'avait-il seulement écouté ? Clarance en doutait vu le manque total de réactivité du serpentard. Il attendit angoissé devant lui, près à reculer ou à avancer selon son jugement. Qu'allait-il lui répondre ? L'envoyer voir ailleurs ou l'accueillir dans sa vie ? Le musicien perdait peu à peu la confiance qu'il avait eu jusqu'à lors. Il en fallait pour oser embrasser un garçon qui l'avait longtemps embêté, il en fallait encore plus pour avouer ses sentiments, mais alors c'était fou, comment cette audace pouvait s'envoler comme une plume aussi légère qu'une aile de papillon. Clarance baissa la tête.. Il n'arrivait pas à déchiffrer Arthur, à comprendre ce qu'il lui passait par la tête, ni encore moins pourquoi il ne bougeait pas ou ne pipait un mot.

- Je suis gay...

Hein ? Le poufsouffle releva vivement la tête sans comprendre ? Que venait-il de dire ? Il n'arrivait définitivement pas à comprendre le cheminement des pensées d'Arthur ! Qu'avait-il a faire qu'il soit homosexuel ? C'était pas le soucis, ce qu'il voulait entendre lui, c'était de savoir s'il avait fait une connerie ou non ! Et là..il lui sortait ça, trois mots, pour lui dire qu'il était gay.. Mais qu'est ce que c'était d'être gay ? L'Amour est universel, peut importe avec qui tu le vis ! Le musicien sentit quelque par en lui comme un bruit de fissure. Il déglutit et croisa les bras sa poitrine comme pour former une barrière entre eux. Il secoua doucement la tête... Il avait donc bel et bien fait une connerie... Il n'aurait jamais du croire que.. Il n'était qu'un idiot ! Quand il disait qu'il ne savait pas y faire avec les gens, il ne mentait pas ! c'était à chaque fois la même chose, la même déception. Il repoussa la tristesse qui l'envahit de nouveau et recula d'un pas..


- Je.. Je suis content pour toi..


Il lui tourna le dos vivement, sans rien ajouter de plus, il passa à côté de lui d'un pas rapide et saccadé pour partir. Encore une fois ! Oui il partait une nouvelle fois mais par peur cette fois là, mais par désespoir.. Il était tombé amoureux d'un garçon qui ne semblait pas vouloir autre chose que de lui rendre la vie difficile. Se pouvait-il qu'on joua ainsi avec le cœur d'un autre ? Non Arthur ne pouvait pas être capable d'un tel dessein.. Le musicien plaqua ses mains sur ses oreilles pour ne plus entendre la petite voix qui lui soufflait de faire demi tour et de frapper Arthur s'il le fallait pour lui montrer qu'il était là ! Là prêt à l'aimer, à faire des efforts pour être mieux avec lui, prêt à n'importe quoi... Mais non sa raison le poussait à partir, c'était mieux ainsi, il était mieux seul.. Luke.. Luke, il ne le verrait plus non plus.. Toute façon, il ne pouvait plus être avec lui, en aimant un autre, il s'était assez menti comme ça ! Clarance se sentait si désemparé qu'il fonça dans les couloirs sans réfléchir ou il allait, toujours pieds nus.. Tout aussi perturbé que lorsqu'il avait quitté son lit où il aurait du rester !
Revenir en haut Aller en bas
Arthur DeLune
Je vois un Nouvel horizon signe d'un nouvel Espoir
avatar

Féminin
Scorpion ▌Nombre de messages : 1115
▌Age : 28
▌Date d'inscription : 25/02/2009

▌Âge et année : 17 ans,6ème année
▌Baguette magique : 28cm, bois d'ajonc
▌Sort favori : expeliarmus

▌Humeur : perdu dans un tourbillon de sentiments

Feuille de personnage
:

MessageSujet: Re: Entre rêve et réalité, il n'y a qu'un pas ! [Pv Arthur]   Dim 29 Aoû - 23:18

Il aurait crut s'enfoncer dans le sol si c'était possible. Mais c'était pas croyable d'être aussi débile, si ? Non, là il battait des records sans nul doute. Le garçon qu'il aimait venait de lui dire qu'il voulait être avec lui et au lieu de répondre " moi aussi " et de l'embrasser ou même juste de l'embrasser tout court, il avait balancer cette ignominie en trois mots, trois syllabes " je suis gay ". On pouvait difficilement faire pire et tomber plus bas. Mais s'en rendait-il seulement compte ? Oui, mais trop tard, comme tout ce qu'il faisait, il le laissait échapper à nouveau. Il n'était même pas bond à aimer en retour la personne qui hantait son coeut et sa tête. Un simple " moi aussi " et même pas, même pas capable de le dire. Juste ces trois ridicules sons sortit du néant et qui y retournaient probablement ensuite. Mais il était à gifler, c'était atroce. Mais que tout le monde vienne lui décoller les oreilles et lui coloré la joue, qu'il réagisse non de non !!! Il restait là, les bras ballant, la tête contre le mur, les yeux dans le vague. Pouvait-on seulement être aussi passif ? Surement pas, il était un cas unique, un cas pour la science. On allait lui faire des drôles d'expériences pas saine qui le transformerait en strangulot géant, on allait lui faire pousser un sixième orteil sur le pied gauche. Oui, il était un cas à observer mais surement pas un cas d'étude pour la vie normale. Il ne savait même pas ce que ça voulait dire ! Il n'était pas un adepte de la banalité, il était plutôt abonner à la bêtise, ça, ça lui parlait au moins. En tout cas, tout ce qu'il reçu en réponse du poufsouffle lui mit enfin la giffe tant voulu et Merlin savait qu'elle faisait vraiment mal
Il avait l'impression que le jeune homme était vexé et perdu et ça lui brisa le coeur. Il s'apprêtait à l'entourer de ses bras quand il vit son aimé croiser les bras sur sa poitrine en hochant la tête. Ca sentait pas bon là...Il sentait l'orage se former au dessus de sa tête et ça risquait de faire très mal.

- Je.. Je suis content pour toi..

Et c'est tout ? Content ? Mais content de quoi ? Qu'il soit gay ? Décidement, le jaune et noir n'était pas facile à comprendre non plus...Mais il ne réalisa enfin que quand il ne vit plus que le dos de Clarance au loin. Il était partit ? Où ? Comment ? Pourquoi ? Il avait été aussi mauvais que ça ? Il avait envie de pleurer, il avait briser le coeur du garçon qu'il aimait. Là c'était sûr, Clarance ne croirait jamais qu'il l'aimait en retour. On lui avait déclaré sa flamme et il avait tout gâché alors qu'il suffisait de le prendre dans ses bras. Comment il avait pu tout gâcher à ce point. Des larmes commencèrent à couler et il se laissa glisser contre le mur, triste et vide. Il était juste le garçon le plus nul du monde mais il se ferait pardonner, oui, coûte que coûte il montrerait au poufsouffle que lui aussi avait des sentiments. Il laisserait sa copine et ensuite il irait, oui, et il gagnerait le coeur de son poufsouffle et cette fois, il le ferait bien et la tête haute.


FIN
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entre rêve et réalité, il n'y a qu'un pas ! [Pv Arthur]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entre rêve et réalité, il n'y a qu'un pas ! [Pv Arthur]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [1754] A mi-chemin... Entre rêve et réalité [Hypnos]
» Entre rêve et réalité
» Entre cauchemar et réalité (prio' Howahkan)
» Timotheï Jovanovic ? « Entre l'idée et la réalité, entre le mouvement et l'acte, tombe l'ombre. »
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Unholy Confessions :: 
La Tour d'Astronomie
-
Sauter vers: